Un parfum d’esprits animaux

03 mai 2021

Bridge | Steel | Metal
Monthly House View - Mai 2021 - Télécharger ici

« Même au-delà de l’instabilité due à la spéculation, il est une instabilité due à la caractéristique de la nature humaine qu’une grande partie de nos activités positives dépend de l’optimisme spontané plutôt que des attentes mathématiques (..). La plupart, probablement, de nos décisions de faire quelque chose (..) ne peuvent être prises que comme le résultat des esprits animaux- un besoin spontané d’action plutôt que d’inaction. »

John Maynard Keynes, Théorie Générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936.


Comment faut-il interpréter l’optimisme actuel des marchés actions et jusqu’où cela peut-il progresser sans heurt ? À défaut de parler de bulle, on peut parler d’optimisme voire d’euphorie sur les marchés. Quelques signes ne trompent pas : une volatilité basse, des flux d’achats records, des ratios de valorisations stellaires et des cours de bourse après lesquels les analystes semblent courir chaque jour. Les observateurs rivalisent d’explications face à cette réalité.

Une première thèse avancée : un nouvel équilibre de prix. En résumé, les marchés actions auraient trouvé un nouveau régime de valorisation, justifié par un alignement de facteurs positifs : une reprise économique mondiale, des résultats en forte hausse, des transformations séculaires conduisant à de nouvelles sources de croissance et gains de productivité. Or, nous connaissons les limites de ce refrain : à chaque fois qu’on construit une théorie pour justifier des valorisations records (« cette fois c’est différent » comme dirait K. Rogoff), on est rattrapé par la réalité, miroir de notre excès d’optimisme.

Une autre théorie : une bulle rationnelle. Ration­nelle car les investisseurs répondent positivement au signal envoyé par les autorités fiscales (devenus les réassureurs du cycle) et les autorités monétaires (devenus les market makers des actifs financiers). La limite de ce raisonnement, c’est que cet équilibre n’est généralement que temporaire ; parce que l’excès d’endettement finit par se traduire soit par plus d’impôts, soit par plus d’inflation, soit par moins de croissance, ce qui revient dans tous les cas à réduire les rendements réels nets de long terme. Une leçon de l’histoire de la politique économique, c’est que les moyens mis en œuvre pour sortir d’une crise sont souvent à l’origine de la crise suivante.

Une troisième explication, dans le prolongement de la seconde : un excès de levier, subventionné par les politiques économiques et qui induit de fortes distorsions sur le prix des actifs financiers. Si les investisseurs profitent de l’aubaine des taux courts à zéro et des chèques du gouvernement américain pour acheter des actifs financiers, on peut comprendre que les marchés dépassent nos attentes. L’engouement des ménages américains pour la bourse semble valider en partie cette hypothèse.

Une dernière interprétation : une myopie printa­nière assez classique. Les investisseurs seraient simplement en train d’extrapoler la croissance très forte de 2021 qui est en partie due à un effet de base important après une contraction des profits en 2020. Une sorte d’illusion mathématique et de court-termisme qui n’intègre pas le tassement probable de la croissance après 2022. Et qui prend parfois fin quand les bonnes nouvelles sont intégrées et que le ratio de surprises positives se tasse.

Ce qui nous ramène à Keynes. Après une année 2020 traumatisante sur le plan sanitaire, humain et économique, notre tendance naturelle est de passer du pessimisme à l’optimisme en se focalisant sur les bonnes nouvelles, par besoin viscéral de positiver et de se projeter, même quand le présent reste complexe et l’avenir porteur d’incertitudes. Et notre réflexe –naturel ou conditionné par l’information surabondante-est de réagir à l’actualité. Un premier pas vers une forme de rationalité serait d’en avoir conscience, pour en tirer parti sans excès, en étant prêt à réagir avant que les bears se réveillent...

 

Information importante

Monthly House View, paru le 23/04/2021 – Extrait de l'Editorial

03 mai 2021

À lire aussi

sable | bleu | vagues | coquillages | plage | mer

Prospérité commune: convergence ou divergence entre Est et Ouest ?

conteneur | freight | cargo | maritime | métal | télécharger

Pouvoir de fixation des prix : une réponse à la hausse de l’inflation

matières premières | métaux | cuivre | télécharger

Le compte à rebours a-t-il commencé pour la Fed ?