La gestion thématique : répondre aux grands enjeux de demain

15 avril 2020

Globe

Source de diversification mais aussi expression de fortes convictions, la gestion thématique rencontre un succès croissant auprès des investisseurs. Elle s’intéresse aujourd’hui à des sujets structurellement porteurs qui donnent du sens à leurs investissements.
Pour en savoir davantage sur la gestion thématique et l’offre différenciante développée par Indosuez Gestion, nous avons rencontré Séverine Piot-Deval, Responsable Actions Thématiques et Internationales.

Rencontre…

La gestion thématique répond aujourd’hui aux attentes d’un nombre croissant de clients soucieux de suivre les nouvelles tendances. Comment êtes-vous organisés chez Indosuez Gestion ?

Une équipe d’Indosuez Gestion est exclusivement dédiée aux actions thématiques et internationales. Nous sommes chargés de gérer les mandats en actions américaines et trois fonds thématiques globaux, Indosuez Global Trends, Indosuez Objectif Terre et Indosuez Biens Réels.
Il y a trois ans, nous avons été rejoints par Stéphane Darrasse et, plus récemment, par Zoé Ormières-Selves, qui a finalisé le lancement d’Objectif Terre et le gère.
Nous bénéficions par ailleurs des expertises de l’ensemble des équipes d’Indosuez Gestion.

Pourquoi est-il opportun d’envisager une gestion thématique aujourd’hui ?

Le monde fait face à des enjeux démographiques, d’innovation et environnementaux qui impactent la croissance économique. Dans ce contexte, les entreprises qui répondent à ces problématiques en offrant des solutions innovantes et pérennes sont susceptibles de présenter de belles perspectives. Aussi, l’objectif de la gestion thématique est de générer de la performance en opérant une sélection de titres de sociétés répondant à des problématiques ciblées. L’approche thématique permet de s’exposer sur des thèmes structurels et conjoncturels sur un horizon à long terme et ainsi de prendre du recul par rapport aux fluctuations du marché.

Que pouvez-vous nous dire d’Indosuez Global Trends qui investit dans plusieurs thématiques porteuses ?

Indosuez Global Trends est un fonds megatrends, c’est-à-dire que son portefeuille est composé de titres de sociétés qui répondent à plusieurs grands enjeux mondiaux de nos sociétés contemporaines, qu’il s’agisse du vieillissement de la population, de la montée en puissance de la classe moyenne dans les pays émergents, de la connectivité ou du réchauffement climatique. Cette diversification permet de saisir des opportunités d’investissement multiples sur des thèmes indépendants les uns des autres.
Par ailleurs, Indosuez Objectif Terre comme Indosuez Global Trends excluent de leur portefeuille les sociétés ayant une part non négligeable de leur activité dans les énergies fossiles.

Indosuez Objectif Terre s’intéresse à la problématique du climat. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

En effet, Indosuez Objectif Terre a été créé pour permettre à nos clients d’investir dans des sociétés cherchant à répondre aux enjeux du changement climatique. Nous pensons que ces enjeux seront déterminants dans les prochaines décennies. Le succès du fonds et sa performance depuis son lancement en novembre dernier nous confortent d’autant plus dans ce choix que le fonds devrait obtenir cette année une labellisation ISR.

Qu’en est-il d’Indosuez Biens Réels ?

Indosuez Biens Réels permet de s’exposer indirectement à la sphère des actifs réels. Il investit dans des actions cotées de sociétés comme les foncières, les sociétés d’exploration pétrolière ou les sociétés exploitant des mines, d’or par exemple.

Quels sont les thèmes que vous estimez prometteurs aujourd’hui ?

Nous avons cité le vieillissement de la population qui se traduit par des besoins spécifiques en matière de santé, logement, consommation ou encore services financiers.
Les enjeux climatiques, notamment la lutte contre le réchauffement climatique et l’essor de l’économie circulaire figurent parmi les thèmes contemporains les plus porteurs.
Dans un tout autre domaine, Indosuez Global Trends permet aussi de s’intéresser à la problématique de la connectivité et à ses multiples ramifications (téléphonie mobile et autres objets connectés, 5G, big data, cybersécurité), ou aux évolutions de la consommation (montée en gamme du consommateur asiatique, tendances de consommation des Millenials comme le streaming par exemple).

Comment sélectionnez-vous les titres en portefeuille ?

Nous commençons par définir un univers d’investissement pour chaque fonds. Il regroupe toutes les sociétés qui s’inscrivent dans l’un des thèmes sélectionnés et que nous avons identifiées au fil du temps.
Ainsi, l’univers d’investissement d’Indosuez Global trends est composé d’environ 700 titres, celui d’Objectif Terre de 400 titres.
Les fonds que nous gérons sont globaux, et bénéficient donc, en plus de la diversification thématique et sectorielle, d’une diversification géographique.
Nous sélectionnons ensuite les titres sur la base d’une analyse fondamentale des sociétés, passant en revue leur modèle d’affaires, leur actualité récente, les principaux risques auxquelles elles sont susceptibles de faire face, et leur valorisation.
Au terme de ce process éprouvé et rigoureux de sélection, nous construisons le portefeuille en fonction de notre degré de conviction sur chaque titre. Il fait l’objet d’un suivi au quotidien et lors de notre réunion hebdomadaire, qui intègre aussi la valeur ajoutée des équipes de suivi des risques.
Notre expertise est aujourd’hui reconnue et toute l’équipe est fière de constater qu’Indosuez Global Trends et Indosuez Objectif Terre figurent dans le premier quartile du classement Morningstar.

Existe-t-il des risques spécifiques inhérents aux fonds thématiques ?

Les trois fonds cités sont des fonds actions et comportent les risques inhérents aux fonds investis en actions : le risque lié à la gestion discrétionnaire, le risque action et de marché, le risque de change et le risque de perte en capital*.
Les fonds monothématiques peuvent présenter une moindre diversification par rapport au marché, ce qui est à leur avantage quand la thématique est porteuse mais peut entraîner une sous-performance par rapport au marché quand elle ne l’est pas.

 

*Risque lié à la gestion discrétionnaire : La performance du portefeuille dépend des instruments financiers choisis par le gérant et de l’allocation d’actifs faite par ce dernier. Il existe donc un risque que le portefeuille ne soit pas investi à tout moment sur les titres les plus performants et que l’allocation entre les différents marchés ne soit pas optimale. Ce risque peut engendrer pour le porteur une baisse de la valeur liquidative. Risque action et de marché : Le fonds étant exposé aux marchés actions, sa valeur liquidative pourra baisser en cas de baisse des marchés actions. Risque de change : Le fonds peut être exposé directement et indirectement au risque de change sur la part de son actif investi en titres libellés dans une autre devise que l’euro (jusqu’à 100% de son actif net). L’évolution défavorable de ces devises pourra entraîner une baisse de la valeur liquidative. Risque de perte en capital : L’investisseur est averti que le capital n’est pas garanti, il peut ne pas être entièrement restitué.

Cet article ne constitue en aucun cas une offre de souscription à un contrat d’assurance vie ou de capitalisation, ni une offre ou une sollicitation, ni un acte de démarchage visant à souscrire des produits ou des services financiers. Il est recommandé de lire attentivement le DICI (ou le prospectus), le Document d’Information Clé, la Notice détaillée ou les conditions définitives du produit ou du service avant toute souscription. Les performances passées ne préjugent en rien des performances futures et la valeur d’un investissement peut varier à la hausse comme à la baisse en fonction notamment de l’évolution des marchés financiers.

15 avril 2020

À lire aussi

Vert | Arbre | feuilles

Innovation, protection du capital et investissement "vert"

L'or

L'or, une valeur refuge